Quelques erreurs à éviter lors des vacances en famille

Par The Traveling Canucks

Quand on voyage avec des enfants en bas âge, tout ne va pas toujours comme prévu. En fait, il serait plus juste de dire que rienne se passe comme on l’avait imaginé au moment de réserver les vols.

Pour notre part, nous avons emmené nos deux garçons (de sept et cinq ans) dans de nombreuses aventures ces dernières années et, chaque fois, nous avons tiré des leçons… qui consistent pour la plupart en quoi NE PAS faire.

Aujourd’hui, nous revenons sur nos expériences pour mettre en lumière quelques erreurs courantes des familles qui voyagent, ainsi que les moyens de les éviter.

Erreur : Voyager comme lorsqu’on n’avait pas d’enfants.

Commençons par la plus importante leçon que nous avons apprise en voyageant avec nos petits : il faut RA-LEN-TIR. N’essayez pas de tout faire en une journée!

La plus grosse erreur consisterait à voyager comme on le faisait avant d’avoir des enfants. Les temps ont changé, et on n’a pas le choix de s’adapter.

Il faut choisir ses activités avec soin et prévoir des temps morts à l’hôtel. Souvent, nous nous levons tôt pour faire l’activité la plus importante le matin, puis nous revenons à l’hôtel pour nous reposer pendant quelques heures avant la prochaine étape.

Si vous tentez de passer la journée entière à voir et à faire des choses, vous vous retrouverez avec des crises, et vous risquez fort d’être épuisés et stressés le soir venu. Ce n’est gagnant pour personne. Il vaut mieux en faire moins et y prendre plaisir, plutôt que de tout faire en se sentant pressés et dépassés.

Pourquoi vous imposer un stress inutile? Ralentissez. Fixez des attentes réalistes pour chaque journée et acceptez que tout ne se passe pas nécessairement comme prévu.

Erreur : Partager une chambre avec les enfants pour économiser.

Le bon déroulement d’un voyage tient souvent à l’hébergement qu’on choisit. Que vous parcouriez l’Europe ou vous prélassiez sur la plage d’un tout-inclus, votre chambre aura une incidence majeure sur votre forme matinale.

Avant d’avoir des enfants, nous ne consacrions pas beaucoup de temps à la recherche d’hébergement. Souvent, nous options tout simplement pour la chambre la moins chère une fois sur place. Impossible de faire de même à présent. Nous devons faire un choix plus réfléchi.

Pour que toute la famille dorme bien, on a avantage à trouver un hébergement qui comprend des espaces distincts pour la nuit (séparés par une porte, idéalement). Pensez-y : si tout le monde est entassé dans la même chambre ordinaire, vous devrez sans doute vous coucher en même temps que vos enfants – que pourriez-vous faire d’autre? Vous ne pourrez pas laisser la lumière allumée, ni regarder un film, ni discuter. Si vous allez dans le Sud, cherchez une chambre avec balcon ou terrasse, et vous pourrez profiter de la soirée pendant que les petits roupillent.

Au lieu de la classique chambre d’hôtel à deux grands lits, nous privilégions les suites à une ou deux chambres.

Au lieu de la classique chambre d’hôtel à deux grands lits, nous privilégions les suites à une ou deux chambres. Oui, cette commodité coûte un peu plus cher, mais un sommeil réparateur est essentiel pour voyager agréablement en famille.

Par ailleurs, c’est une bonne idée de loger à proximité des attractions, restaurants, installations et transports. En posant vos valises près des choses que vous voulez voir et faire, vous aurez plus de temps pour explorer et vous amuser. Vous aurez aussi une plus grande marge de manœuvre en cas de pépin. Quand un enfant a un accident ou a besoin d’une sieste, on aime bien que l’hôtel soit tout près!

Erreur : En mettre trop (ou pas assez) dans ses valises.

Ce qu’il faut apporter en voyage est une question très subjective, qui dépend à la fois de la destination et du but de la visite. Et si les familles ont plutôt tendance à surcharger leurs valises que l’inverse, les deux scénarios n’ont rien d’idéal.

Voici quelques questions à vous poser :

  • Avez-vous besoin d’une poussette? Quelle distance pensez-vous faire à pied? Est-ce qu’il vous faut la grosse poussette ou est-ce que le modèle pliant suffirait?
  • Devez-vous apporter un siège d’auto? Prendrez-vous un taxi, un transfert privé ou une navette? Comment ferez-vous le trajet entre l’aéroport et l’hôtel?
  • Est-ce que votre hébergement comprend un berceau ou un lit d’enfant? Aurez-vous besoin d’une chaise haute? Vaut-il mieux acheter ces articles portables ou les louer à destination?
  • Avez-vous assez de vêtements? Un service de lessivage est-il offert?
  • Avez-vous fait vos recherches sur la météo à destination? Aurez-vous besoin d’imperméables ou de vêtements chauds?
  • Vos enfants ont-ils des restrictions alimentaires ou des allergies? Avez-vous suffisamment de nourriture et de collations pour le voyage?
  • Qu’en est-il des couches, des lingettes et des crèmes?

Pensez à vos jours de déplacement. Une fois vos bagages enregistrés à l’aéroport, aurez-vous tout le nécessaire pour le vol? Si votre enfant s’endort peu avant l’atterrissage, aurez-vous besoin d’une poussette ou pourrez-vous vous débrouiller avec un porte-bébé?

N’oubliez pas les petites choses.

N’oubliez pas les petites choses. Comme on ne sait jamais ce qui va arriver en voyage, il faut être parés à toute éventualité. Pensez aux articles qui viennent moins vite à l’esprit : coupe-ongles, savon à vaisselle, Tylenol ou Advil pour enfants, pansements, sacs à glissière (genre Ziploc), lunettes soleil d’enfants, écran solaire, bols et verres en plastique, piles… Dressez une liste pour ne rien oublier!

Erreur : Ne pas se préparer aux longs vols.

C’est pourquoi il est indispensable d’apporter de quoi manger pendant le vol. Nous avons un faible pour les sachets de gruau aromatisé, ainsi que les nouilles et le riz instantanés emballés dans un bol – un peu d’eau bouillante, et le tour est joué! Et n’oubliez pas les ustensiles jetables, les serviettes en papier, les mouchoirs et les condiments en sachets (sauce soya, ketchup et autres).

Pour ce qui est du divertissement, ne vous fiez pas non plus à ce qu’il y aura dans l’avion. Apportez une tablette (ou deux!) avec une bonne sélection de jeux et de vidéos. Vous avez un compte Netflix? Téléchargez quelques films et séries; rien ne dit que vous aurez accès au Wi-Fi à bord. Pensez aussi au chargeur portatif, au cas où vous n’auriez pas de source d’alimentation à votre siège. Le mot d’ordre : ne rien tenir pour acquis.

Nos fils ont chacun leur propre sac de vol, qui contient des vêtements de rechange (dont un chandail chaud), de petits jouets, des cahiers à colorier, une tablette, des écouteurs et une petite couverture. Nous leur apportons aussi quelques surprises – un jouet et une friandise – au cas où ils auraient la bougeotte.

Réservez vos sièges afin d’être assis tous ensemble. Le choix des sièges est compris quand vous payez vos vols avec des milles Aéroplan.

Erreur : Ne pas choisir le vol direct.

Les trajets avec escales ne nous faisaient pas peur avant d’avoir des enfants, mais maintenant, nous avons moins de flexibilité et nous voulons arriver à destination rapidement. Nous évitons donc les correspondances et optons pour des vols à des heures raisonnables. C’est fini, les départs à 6 h du matin!

Bien sûr, il n’est pas toujours possible de prendre un vol direct. Mais si vous en avez l’occasion, saisissez-la, même si c’est plus cher. Vous nous en remercierez.

Pour obtenir un vol direct, vous devrez sans doute vous y prendre à l’avance. D’après les experts, le meilleur moment pour réserver un vol est de six à huit semaines avant la date de départ.

Erreur : Se fier uniquement au prix.

Qui, dans la vie, aime jeter son argent par les fenêtres? Personne. Tout le monde cherche la bonne affaire. Mais, pour les vols comme pour tout le reste, une offre trop alléchante cache généralement quelque chose. Savez-vous ce que vous sacrifiez pour quelques dollars?

Souvent, les vols sont moins chers au départ d’un aéroport secondaire. Vaut-il vraiment la peine d’économiser 100 $ s’il vous faut rouler quelques heures de plus pour aller prendre l’avion? Pensez à ce que vous coûtera ce déplacement!

Les heures de départ des vols au rabais sont aussi un point à considérer. Pour obtenir le prix le plus bas, vous devrez peut-être partir aussi tôt que 6 h ou aussi tard que 23 h. Vos petits grincheux qui tombent de fatigue risquent de ne pas apprécier. À vous de voir à combien se chiffre votre mal de tête!

Songez aussi aux bagages, qui ne sont généralement pas compris avec les vols à bas prix. Les frais pour les bagages excédentaires peuvent atteindre 50 $ l’unité, ce qui fait une bonne petite somme pour trois ou quatre valises. Et si vous avez des correspondances avec d’autres transporteurs, vous devrez peut-être payer ce tarif pour chaque segment de vol.

Enfin, le choix des sièges est rarement compris quand on prend le vol le moins cher. Il en coûtera habituellement entre 25 $ et 40 $ par siège pour les réserver. Si vous êtes une famille de quatre et que vous prenez plusieurs correspondances, toutes vos économies risquent d’y passer. Et si vous ne sélectionnez pas vos sièges, vous risquez d’être séparés ou de vous retrouver à l’arrière, à côté des toilettes.

Bref, plutôt que de vous arrêter uniquement au prix du billet, envisagez votre journée dans son ensemble.

Erreur : Faire fi du décalage horaire.

Le décalage horaire n’est pas une légende urbaine. Préparez-vous au pire et espérez ne pas en arriver là.

C’est toute une expédition de traverser l’océan pour les tout-petits – et même pour les adultes! Si vous avez de la chance, vos enfants dormiront durant le vol. Mais dites-vous qu’ils peuvent aussi rester éveillés du début à la fin.

Vous changez de fuseau horaire? Tout devrait être rentré dans l’ordre après un jour ou deux si la différence n’est que de quelques heures. Mais pour une différence de huit heures ou plus, les choses risquent d’être plus chaotiques, surtout si votre enfant a l’habitude dormir à des heures fixes.

De notre côté, nous ne prévoyons pas de grosses activités le lendemain de notre arrivée. C’est une journée lente, dictée par notre humeur. Nous tentons de trouver des hôtels où il y a une piscine, ou du moins une baignoire dans la chambre. La période d’ajustement semble plus courte quand on a un endroit où barboter.

Il n’y a pas de mal à ne rien faire le temps de se remettre sur pied. Les films et le service aux chambres existent pour une raison. Ne vous fixez pas d’attentes irréalistes pour les 24 premières heures du voyage.

Erreur : Imposer la gastronomie locale à ses enfants.

Ma tendre moitié et moi adorons faire de nouvelles expériences, goûter à des mets locaux et découvrir des saveurs et des styles exotiques. Ce n’est pas le cas de nos enfants. Ils n’ont rien à faire du sushi à Tokyo ni du currywurst à Berlin.

Ne faites pas l’erreur d’obliger vos enfants à manger la même chose que vous. Vous pouvez bien opter pour un restaurant familial un peu beige si ça les rend heureux. Après tout, eux aussi sont en vacances, et la pizza et les croquettes de poulet ne feront de mal à personne.

Erreur : Attendre que les enfants soient plus vieux pour voyager.

Ne vous empêchez pas de voyager parce que vous avez des enfants en bas âge. Nous avons vécu certaines de nos plus belles expériences à vie en voyage avec nos bambins.

Les déplacements sont plus difficiles avec que sans eux, aucun doute là-dessus. Mais les moments les plus mémorables arrivent généralement au prix de quelques sacrifices.