Un guide pour Tokyo

Tokyo – La capitale orientale du monde. Voici où les affaires mondiales commencent leur journée; résidence de Kabuki & Pokemon, Sumo & Sega; la ville des rues sûres, des téléphones portables, des trains à l’heure et des prix astronomiques; Le terrain de jeu de Godzilla, où l’Est et l’Ouest entrent en collision et coexistent.

En chiffres

Population : 13 617 445 (métropole); 37 800 000 (région métropolitaine)

Altitude : 40 mètres (130 pieds)

Fuseau horaire : UTC +9; Heure normale du Japon (HNJ)

Météo

Précipitations annuelles moyennes : 153 centimètres (60 pouces)

Température moyenne en janvier : 5,2 ºC (41,4 ºF)

Température moyenne en juillet : 25 ºC (77 ºF)

Le saviez-vous?

Tokyo est officiellement une métropole et compte parmi les villes les plus peuplées du monde.

Tokyo est une ville occupée! Il abrite le marché de poissons le plus achalandé au monde, le marché de poissons de Tsukiji et la gare ferroviaire la plus fréquentée au monde, la gare de Shinjuku.

Guide du quartier

Tokyo est connue pour son économie florissante et sa culture toujours originale et en constante évolution. Ceux qui viendront visiter cette vaste métropole déconcertante de neuf millions de personnes seront probablement débordés. Il y a tellement de choses à voir et à faire que la planification à l’avance est essentielle.

Luxury Shopping Streets with Neon Signs, Ginza Avenues Lined with Shops of Expensive Brands in the Heart of Tokyo, Japan

Nihonbashi
On pourrait dire que toutes les routes mènent à Nihonbashi puisque toutes les distances vers et depuis Tokyo sont mesurées à partir d’ici. Nihonbashi, « le pont du Japon », est vieux de plusieurs siècles, bien que la structure occidentale actuelle ne date que de la période Meiji (1868-1912). Autrefois un point de repère important, il est aujourd’hui éclipsé par des bâtiments et une voie rapide aérienne. Mitsukoshi, le plus ancien grand magasin du Japon, qui se trouve encore sur son site d’origine, et Takashimaya, une autre institution vénérable, valent le détour. Nihonbashi abrite également la Bourse de Tokyo, dont le musée devrait être une halte pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire économique de la centrale industrielle et high-tech qu’est le Japon.

Marunouchi-Otemachi
Il s’agit du principal centre d’affaires de Tokyo, qui abrite les trois plus grandes banques du pays, ainsi que certaines de ses plus importantes sociétés, notamment Hitachi et Mitsubishi. Inondé chaque jour par des hommes d’affaires et des touristes de tous les coins du pays, Marunouchi est l’endroit idéal pour visiter les nombreux gratte-ciels impressionnants de la ville, notamment le bâtiment Shin-Marunouchi qui abrite plus de 150 magasins et le plus haut bâtiment de Chiyoda. . Situé entre la gare de Tokyo et le palais impérial, deux exemples étonnants d’architecture japonaise, moderne et ancienne, les visiteurs peuvent commencer leur visite de ce quartier dès qu’ils descendent du train.

Ginza
Ici, vous trouverez tout, des grands magasins et des boutiques comme le célèbre Wako, aux librairies, bars et restaurants qui correspondent à tous les goûts et tous les budgets. Pratiquement chaque grande marque de mode peut être trouvée à Ginza, et le nombre de complexes commerciaux haut de gamme et de grande rue trouvés ici est vraiment étonnant. Parmi les nombreux centres commerciaux, Ginza Six, Itoya et Marronnier Gate méritent un coup d’œil. Ginza est la vitrine de la nation. Il est à Tokyo que Fifth Avenue est à New York et Oxford Street à Londres.

D’un autre côté de la médaille, le Ginza est aussi l’endroit où les visiteurs peuvent découvrir certains des aspects les plus raffinés du patrimoine et de la culture japonaise. Un exemple de ceci, Kabuki-za, le principal théâtre de Kabuki de la ville depuis 1889, présente toujours deux spectacles par jour et le quartier animé de Yurakucho Gado-shita est à deux pas.

Shibuya
C’est l’un des quartiers les plus animés de Tokyo, qui comprend Shinjuku et Harajuku, deux quartiers populaires pour les jeunes, et les principaux centres d’activité de la ville qui ont le mélange habituel de grands magasins, de boutiques, de cafés et de restaurants. L’unique monument Hachiko, qui commémore la fidélité d’un chien à son maître, se trouve également près de la gare de Shibuya, où il sert couramment de point de rendez-vous populaire pour les Tokyoïtes. La célèbre gare de Shinjuku, la gare la plus fréquentée du monde avec quelque 4 millions de passagers quotidiens, est également située à Shibuya.

Harajuku s’anime le week-end quand les jeunes et branchés viennent voir et être vus. C’est là que l’attitude avant-gardiste de Tokyo se manifeste le plus clairement, avec des tenues et des coiffures extravagantes qui se promènent dans les rues, en particulier sur Jingu Bashi juste à l’extérieur de la gare de Harajuku. Si vous êtes fatigué de la mode, cependant, juste au coin de la gare se trouvent le sanctuaire Meiji Jingu, l’un des sanctuaires les plus beaux et les plus sacrés du Japon, et le parc adjacent Yoyogi.

De jour comme de nuit, le quartier de Shinjuku est un endroit animé avec des néons éclairés qui sont placés dans la même atmosphère que celle de Greenwich Village à New York. Vous cherchez un endroit de jazz enfumé? Vous pouvez le trouver ici, avec des magasins de nouilles ramen, des salons de pachinko (jeux de hasard), et des magasins de marque tels que Tiffany et Gucci. Il y a aussi deux monuments majeurs : le Tokyo Tocho (le bureau du gouvernement métropolitain), avec ses tours jumelles futuristes de 48 étages, et le grand magasin Takashimaya Times Square, qui est sûr d’accueillir même les accrocs du magasinage les plus enthousiastes.

Les quartiers d’Azabu et de Hiroo sont également situés à Shibuya, où de nombreux expatriés résident dans des immeubles élevés de grande hauteur. C’est ici que se trouvent certaines des propriétés les plus recherchées de Tokyo, ainsi que certaines des plus sacrées, comme le temple Samboji, important site religieux de la secte bouddhiste Shingon. Il y a beaucoup de petites boutiques indépendantes, cafés et restaurants dans la région, comme le Thrush Cafe avec son atmosphère de brasseries haut de gamme. De nombreuses ambassades étrangères peuvent également être trouvées ici.

Yurakucho-Hibiya
Ce quartier est proche de la populaire Ginza. Découvrez les pittoresques étals de poulet barbecue yakitori installés sous les voies ferrées surélevées du quartier, profitez d’un moment de calme entre les parterres de fleurs du parc Hibiya ou admirez l’impressionnant Imperial Hotel, érigé le long du parc à la suite d’un décret impérial au 19ème siècle, et une fois présenté un bâtiment conçu par l’éminent architecte américain Frank Lloyd Wright. Vous pouvez également rejoindre les nombreux coureurs qui peuvent être vus autour de la périphérie de 5 km (3,1 milles) du parc impérial, sur ce que l’on appelle autrement Imperial Palace Jogging Course, ou vous promener tranquillement dans le jardin du palais de l’Est.

Roppongi
Un trajet en métro rapide de Ginza vous emmènera ici, un endroit mondialement connu pour sa vie nocturne bruyante. Autrefois un village endormi, Roppongi regorge de discothèques, clubs, bars, pubs et restaurants, y compris des lieux branchés comme le Hard Rock Café et le gigantesque complexe de Roppongi Hills, qui a à peu près tout ce qu’un visiteur peut demander, des magasins aux restaurants, et même un musée, tout en un seul endroit. Vous ne pouvez pas le manquer. C’est l’emblématique Mori Tower haute de 54 étages. La tour de Tokyo, modelée sur la tour Eiffel, mais plus grande, est également visible et facilement accessible depuis ici. Prenez l’ascenseur jusqu’à l’observatoire, vous pourriez apercevoir le mont. Fuji de là-haut par temps clair. Épuisé de tous les sites touristiques? Prenez un bain au Shimizuyu, dont les eaux relaxantes proviennent d’une source souterraine naturelle.

Asakusa et Ueno
Centre animé de la vie citadine à l’époque d’Edo (1603-1868), ces deux quartiers appartiennent à ce que les Tokyoïtes appellent shitamachi, ou « centre-ville ». Un des sites incontournables d’Asakusa est Sensoji, l’un des plus anciens temples de Tokyo, avec des boutiques d’artisanat traditionnel. Le festival des feux d’artifice de Sumida River attire chaque année plus d’un million de visiteurs le dernier dimanche de juillet .C”est un spectacle que vous ne voudrez pas manquer.

À la rue du marché d’Ameyoko à Ueno, vous pouvez trouver des occasions inhabituelles s’étendant du calmar séché aux fausses chemises de concepteur. Les amateurs de culture devraient cependant se rendre au musée national de Tokyo et au musée national d’art occidental, tous deux situés dans le parc Ueno, le premier parc public de Tokyo créé en 1873, qui abrite également le zoo d’Ueno vieux de 100 ans.

Akasaka-mitsuke
Parfois appelé « Little Seoul », ce quartier accapare une petite partie de la vie nocturne, mais il s’adresse principalement aux clients locaux chargés de yen. Le sanctuaire de Kotohiragu est un bon endroit pour s’arrêter pour ramasser des breloques porte-bonheur, tandis que d’autres pourraient préférer parcourir les marchandises en vente aux marchés aux puces à Nogi Jinja Shrine, où vous êtes sûr de trouver une bonne affaire. L’Akasaka Act Theatre, qui propose de tout, de la musique en direct au théâtre en passant par la danse, est également situé ici, et est l’endroit idéal pour passer une soirée divertissante.

Akihabara
Aussi connu sous le nom de Akihabara Denki Gai, (Akihabara Electric Town), c’est la principale plaque tournante d’Otaku, ou culture « geek ». Les gens qui cherchent à acheter des gadgets électroniques, des accessoires informatiques et des vidéos mangas / animés, des livres, des jouets et des jeux qui viennent ici, où ils peuvent non seulement obtenir de bons prix mais aussi rencontrer des gens qui partagent leurs intérêts particuliers. En raison d’un récent boom de la popularité, les magasins à l’étroit d’Akihabara, comme Animate avec ses 8 étages tentaculaires de tout, des bandes dessinées aux bandes originales d’anime, sont toujours en effervescence avec les technologies hip. Un autre magasin populaire, Sofmap, propose une vaste sélection d’appareils électroniques grand public répartis sur 7 étages, tandis que le Nishikawa Duty Free Square est spécialisé dans l’assistance aux étrangers dans leurs achats high-tech.

Ikebukuro
Ce quartier est le plus souvent visité pour la vue imprenable depuis le sommet du gratte-ciel de 60 étages de Sunshine City, Sunshine 60, qui fut l’un des premiers gratte-ciels à être construit à Tokyo, sujet aux tremblements de terre. Sunshine City lui-même est certainement digne de son nom; vous pouvez vous perdre dans cet énorme groupe de bâtiments pendant des jours. Dans ses nombreux murs sont un parc d’attractions intérieur, cinéma, centre commercial, musée et planétarium. Il y a clairement quelque chose pour que tout le monde soit heureux ici.

Le Kimi Ryokan est idéalement situé à proximité de Sunshine City, des transports et d’autres attractions. Beaucoup d’options de restauration authentiques mais bon marché peuvent également être trouvées dans Ikekuburo.

Ikebukuro est également la maison du célèbre temple Ankokuron-ji de la secte bouddhiste Nichiren. On dit que c’est sur ce site que Nichiren lui-même a vécu dans une caverne pendant trois ans, et a écrit son célèbre tract religieux intitulé « Rissho Ankoku Ron », l’un de ses traités définitifs. Le temple a été établi plus tard sur le site en 1274.

Korakuen
C’est le site du Tokyo Dome, le centre sportif moderne de Tokyo qui peut accueillir jusqu’à 55 000 spectateurs. Les jeux de baseball sont les plus populaires ici, mais il y a aussi des concerts et des festivals hors saison. Le jardin Koishikawa-Korakuen est attaché au Dôme, offrant un lieu tranquille pour ceux qui cherchent à avoir un peu de paix et de tranquillité. Et comme si cela ne suffisait pas, le reste de la zone dans les environs immédiats, connue sous le nom de Tokyo Dome City, offre tout ce qu’un touriste peut désirer : magasins et restaurants, spa luxueux et parc d’attractions.

Pour quelque chose de différent à Korakuen, cependant, prenez un temps d’arrêt pour visiter le Temple Muryozan Jukyoji, où vous pouvez en apprendre davantage sur la période du shogunat. Beaucoup d’autres sites religieux célèbres sont également situés dans la région, y compris le temple Tennoji, avec ses beaux et anciens cerisiers, et Gokoku-ji, un temple bouddhiste majeur qui remonte à 1680.

Odaiba
Odaiba est une île artificielle et de développement en bord de mer, desservie par le monorail, connue sous le nom de « Tokyo Teleport Town » dans le but de la consolider comme un symbole du plan de vie urbain futuriste de Tokyo. Le bâtiment Fuji TV est situé ici, avec l’une des plus grandes roues au monde MegaWeb de Toyota, plusieurs centres commerciaux, musées et même une réplique grandeur nature de la Statue de la Liberté. Les amateurs de jeux vidéo doivent se rendre à Tokyo Joypolis, où certains des jeux de simulation les plus avancés abondent, tandis que les collectionneurs de jouets peuvent rejoindre plus de 100 000 de leurs amis à Odaiba au International Tokyo Toy Show.

Manger et boire

Que votre budget soit calibré pour un bol de nouilles bon marché ou pour des tranches de Chateaubriand qui fondent dans la bouche, vous êtes sûr de trouver des plats et des verres à votre goût à Tokyo. Népalais, perse, grec, cajun… tout est permis. Pour un certain prix, bien évidemment. Les restaurants coréens sont bien représentés, seulement devancés par les japonais dans la capitale, suivis de près par les chinois, puis les américains, les français et les thaïlandais. Tokyo a également un large éventail de restaurants indiens et italiens.

"Yakiniku" Japanese barbecue roaster

Nihonbashi
L’hôtel Royal Park abrite Kei-ka-en, qui se spécialise dans les plats cantonais et propose de nombreux produits frais et de saison au menu. Plusieurs étages plus haut, vous trouverez le Palazzo, qui change la donne avec sa cuisine française éclectique et sa grande sélection de vins. D’ailleurs, assurez-vous de vous asseoir près d’une fenêtre pour profiter de la vue imprenable sur Tokyo la nuit. Allez à Genjikoh pour un dîner traditionnel japonais qui inclut de la tempura, du shabu shabu et un bon verre de saké.

Ginza
Vous trouverez de la bonne cuisine chinoise et thaïlandaise chez Coca, près du célèbre grand magasin Seibu. Si vous êtes d’humeur à essayer différents types de saké, vous devez vous arrêter à Sake No Ana, qui se traduit par « Le Trou à Saké ». On vous y propose 130 différentes sortes de saké pour déguster, et il y a également un menu de plats japonais classiques. L’italien peut sembler étrange dans le contexte de Tokyo, mais La Fontevini en détient le savoir-faire. Ce restaurant se spécialisent dans les fruits de mer locaux frais, mais a également des options de pizza et de pâtes abordables. Le BEIGE TOKYO d’Alain Ducasse attire également les clients avec sa cuisine française servie dans un décor élégant et moderne.

Shibuya
Le flair américano-caribéen de Lahaina se démarque nettement dans cette ville. Il est bien connu pour la qualité de sa nourriture cajun réconfortante. Belgo est un bon pub belge avec plus d’une centaine de bières différentes et une bonne sélection de repas légers. Barbacoa embrasse l’esprit du carnaval avec sa salle à manger dynamique et son menu brésilien éclectique. Les repas sont servis de façon informelle : un grand buffet est à votre disposition et vous pouvez choisir ce que vous voulez.

Shinjuku
Pour un repas thaïlandais agréable, essayez Ban Kirao ou Ban Thai. Imprégnez-vous de l’ambiance terreuse d’AUREOLE, qui sert une cuisine saine et contemporaine qui saura satisfaire tous ceux qui recherchent un repas macrobiotique, comme ses tortillas de légumes frais. Esperia est connu pour sa grande sélection de fromages; d’ailleurs, une variété de types décorent la salle à manger. Vous pouvez incorporer n’importe quel fromage de votre choix dans l’un de leurs nombreux plats italiens de qualité. Nagani est un bar et un restaurant qui sert de la nourriture birmane dans une salle à manger qui suit le thème de la jungle.

Harajuku
Le Bombay Cafe combine des plats indiens, thaïlandais et mexicains dans son menu éclectique, tandis que Cay propose une cuisine exotique dans une atmosphère chaleureuse. Essayez le homard dans une sauce à la noix de coco. Aoyama Sakura est un autre endroit très confortable et intime où vous pouvez vous asseoir dans un décor sombre et luxurieux pour profiter de la nourriture traditionnelle japonaise et un bon verre de saké. Pour quelque chose d’unique, consultez Jap Cho Ok, où vous trouverez des plats coréens qui satisferont aussi bien les végétariens que les mangeurs de viande; essayez la liqueur spéciale faite de ginseng pour un coup de pouce en fin de soirée. Le bar à fruits de mer et à vin est le grand atout de Underground Mr. Zoogunzoo, où vous pourrez dîner dans une atmosphère chaleureuse et terreuse.

Roppongi
Phothai Down Under est exactement comme son nom l’indique : de la fusion australo-thaïlandaise. On vous offrira un steak savoureux ici, avec un bon vin australien. Le buffet pendant la semaine vaut également le détour. Pour le plus grand bonheur de nombreux touristes occidentaux, le Hard Rock Cafe accueille ici les visiteurs, si vous avez donc envie d’un bon hamburger et du rock and roll nostalgique, vous savez où aller.

Akasaka
Trader Vic’s est spécialisé dans les plats polynésiens savoureux avec des ingrédients hauts en couleur comme la noix de coco et les bananes, et une carte des vins qui propose des choix en provenance principalement de Californie. À la Rib Room, vous pourrez trouver différentes coupes de steak cuites à la perfection, comme le Matsuzaka Beef.

Ikebukuro
Laten est un restaurant et crêperie italien qui vous propose des portions volumineuses que vous pouvez couronner avec une décadente crêpe au chocolat. Observez la préparation de votre repas à Fukusuke, où les sushis sont connus pour leur fraîcheur et leur qualité. Certaines nuits, la délicieuse cuisine d’Okinawa chez Miyarabi est accompagnée d’un spectacle de danseurs qualifiés; vous pouvez y passer une soirée entière et sans jamais vous ennuyer.

Divertissement

Si un concours était organisé pour la ville la plus divertissante du monde, Tokyo se classerait certainement parmi les finalistes. Nuit et jour, avec un budget serré ou avec un gros compte de dépenses, vous pouvez trouver du plaisir à chaque coin de rue.

Asiatic friends togetherness on Tokyo embracing

Plateformes d’observation
Ceux qui aiment faire du tourisme peuvent vouloir commencer leur expérience de Tokyo avec une vue d’en haut. Les meilleurs ponts d’observation sont situés à Tokyo Skytree, le deuxième plus haut bâtiment du monde lorsqu’il a été achevé en 2012, Sunshine 60 à Ikebukuro, le bâtiment du gouvernement municipal à Shinjuku, le World Trade Center à Hamamatsucho et Tokyo Tower à Shiba. Que ce soit pour admirer le magnifique paysage de la ville le jour ou l’éblouissant visage couvert de lumière la nuit, chacun de ces lieux offre une vue très différente de cette métropole emblématique, mais tous sont sûrs d’avoir un panorama tout aussi époustouflant que vous n’oublierez pas de sitôt.

Repères
Peut-être plus que toute autre ville japonaise, Tokyo regorge de sites célèbres, chacun offrant un aperçu unique de la culture, de l’histoire et du cœur du peuple japonais. Le premier gratte-ciel moderne de la nation insulaire active, le bâtiment Kasumigaseki, qui abrite le cœur du gouvernement de la nation, et le Tokyo Dome (le « grand œuf ») de Korakuen, domicile de l’équipe de baseball des champions nationaux Yomiuri Giants, ainsi que la populaire Tokyo Dome City. La nuit, le pont Rainbow qui traverse la baie de Tokyo est également à ne pas manquer.

Pour ceux qui recherchent des sites touristiques un peu plus cultivés, les terrains du Palais Impérial sont situés au centre de la ville et de l’identité culturelle japonaise, tandis que le zoo Ueno, vieux de 100 ans, est parfait pour les enfants et les adultes. Et, bien sûr, toujours sur l’horizon sud-ouest est le pittoresque Mt. Fuji, la caractéristique la plus emblématique du paysage japonais.

Jardins et parcs
Si vous cherchez à vous éloigner de la ville, il ya beaucoup de beaux parcs et jardins à visiter, même dans toutes les grandes villes japonaises les plus bondées. Le jardin de Hama Rikyu et le jardin Kiyosumi sont à la fois joliment ornés et parsemés d’étangs, de bonsaïs sculptés et de fleurs exotiques. Hibiya Park est situé juste à l’extérieur de Ginza, tandis que le plus grand de Tokyo, lUeno Park, abrite plusieurs musées, temples et même un zoo qui est populaire auprès des enfants. Même au milieu des quartiers lumineux et des artères, trouver un endroit pour le repos tranquille à Tokyo n’est pas un problème.

Parcs d’attraction
Pour ceux qui ont besoin de divertissements plus actifs, la ville grouille de parcs d’attractions et de centres de loisirs. Tokyo Disneyland est la plus grande attraction à l’est; Tokyo DisneySea, Universal Studios et Legoland sont quelques-uns des autres grands parcs d’attraction et thématiques de la ville qui accueillent les visiteurs de tous âges.

Musées
Grâce à une incroyable diversité de musées et de galeries, Tokyo peut être très divertissante, même les jours de pluie. Les deux principaux musées sont sans doute le Musée national de l’art occidental et le Musée national de l’histoire japonaise. Les deux vous tiendront occupé pour la journée. Il existe également un certain nombre de petits musées spécialisés dans des formes artistiques uniques. Du Centre culturel de la bicyclette et du Musée des jouets en fer blanc au Musée du cerf-volant, chacun abrite une intéressante collection de pièces qui vous apprendra quelque chose de nouveau.

Cinéma et théâtre
Bien sûr, il y a des cinémas partout dans la ville, des nouveaux et des anciens, tous différents et intéressants. Uplink à Shibuya, Yurakucho Subaruza à Yurakucho et Shinjuku Ward 9 montrent des films issus de la première diffusion internationale de films d’art et de classiques.

Tokyo possède également son propre opéra, une salle de théâtre shakespearienne et de nombreux lieux de danse, tels que le magnifique Spiral Hall, ou le plus moderne Session House et Space Zero. D’immenses salles de concert comme l’Ariake Coliseum, l’Opéra de Tokyo et le Zepp Tokyo proposent régulièrement des concerts, allant des groupes de rock aux quatuors d’orchestre. Dans la soirée, vous pourrez profiter d’une relaxation intérieure unique au Théâtre National Noh de Sendagaya, au Kabuki-za de Ginza, au Théâtre Puk Puppet de Yoyogi ou au Tram Théâtre pour des spectacles de danse contemporaine et dramatique.

Sports
Les amateurs de sport seront heureux de trouver tous leurs passe-temps préférés ici. Le baseball professionnel, le sumo, le football et le volleyball sont les principaux sports de spectateurs à Tokyo, et les paris sont autorisés sur les courses de chevaux, le cyclisme et la course en hors-bord.

Le rugby et le tennis, le hockey sur glace et la boxe ont tous leurs saisons ici et nombreux parmi les meilleurs athlètes du monde font des arrêts réguliers à Tokyo pour les épreuves d’athlétisme. Il y a des marathons pour les amateurs tout comme pour les pros; il y a abondance de salles de quilles, de terrains de golf, tables de billard, jeux de fléchettes, tournois de mah-jong et même de la danse de salon; découvrez la Tokyo Dome City pour commencer à explorer les nombreuses options sportives de la ville.

Vie nocturne
De plus, que serait une métropole sans des boîtes de nuit passionnantes pour faire la fête toute la nuit? Offrant divers genres de musique populaire et underground, un éventail de différents clubs autour de la ville sont ouverts toute la nuit la fin de semaine pour donner aux noctambules une bonne dose d’action nocturne.

Situé à la périphérie de Tokyo et certainement le plus important en comparaison, Ageha est l’un des meilleurs endroits pour les fans du genre électronique. Cependant, si vous cherchez quelque chose de plus proche du cœur de la ville avec le même goût pour la musique, Womb est un excellent endroit pour écouter des DJ et des sons de premier ordre, alors que tous ceux qui recherchent un bon club de hip-hop devraient se rendre au Club Harlem. Alternativement, les boîtes de nuit tels que Muse et Hard Rock Tokyo sont un bon endroit pour les sélections mixtes et les foules internationales. Vous n’aimez pas danser toute la nuit, alors que vous pourriez jouer à des jeux vidéo jusque tard dans la nuit? Tokyo Joypolis à Odaiba est pour vous.

Visites guidées recommandées

Considérant que Tokyo couvre 1 813 kilomètres carrés (700 milles carrés) et abrite plus de 12 millions de personnes (la population diurne dépasse largement cette valeur), il est d’autant plus remarquable que le système de transport public de la ville est sans pareil. Cela peut être attribué à la planification (la construction fut concomitante à la reconstruction de la ville après la guerre), au timing (il y avait une certaine urgence à présenter la capitale aux Jeux Olympiques de 1964) et au fait que les Japonais sont des maîtres de l’ordre et de la discipline.

Autumn park

La ligne maîtresse du système ferroviaire de Tokyo est la ligne Yamanote par voie terrestre, commencée en 1885 et achevée en 1925. Le Yamanote (parfois raccourci à Yamate) comprend une trentaine d’arrêts en boucle reliant la plupart des grands centres de la ville : Shinjuku, Ikebukuro, Ueno, Tokyo, Shinagawa et Shibuya. Rapide, propre, efficace, sûr et invariablement à l’heure, le Yamanote fait partie de Japan Railways (JR) East, un vaste réseau de pistes réparties sur l’est du Japon. Parce que le système de transport en commun est si facile à parcourir pour les étrangers, la tournée dans toute la ville ne pose aucun problème.

Shinjuku Gyoen
Shinjuku est un quartier à part, avec beaucoup plus à offrir que la seule gare de Shinjuku, la gare la plus fréquentée du monde, bien que ce soit là que commence la plupart des tours de la région. En dehors de ces sites modernes, cependant, la plus remarquable des caractéristiques de ce quartier est la variété des temples bouddhistes et des sanctuaires qui peuvent être trouvés dans toute la région. Un exemple des sanctuaires abondants dans la région est le sanctuaire Hanazono Jinja. Ce sanctuaire d’Inari est situé au milieu d’un quartier commercial animé et est connu pour son rôle de site du Festival annuel des volailles. Le temple Taisoji, connu pour ses deux statues du Bouddha, est un temple important à Shinjuku : l’un pour protéger les enfants sages et l’autre pour faire fuir les vilains enfants. Mais le seul arrêt à ne pas manquer dans ce quartier est le Shinjuku Gyoen, un ancien jardin impérial, désormais célèbre pour ses 1 500 arbres de fleurs de cerisier, qui peignent chaque printemps la jolie image quand ils fleurissent dans une gamme éblouissante de couleurs. Et si vous avez faim après toute cette tournée, ne vous inquiétez pas car Shinjuku regorge de restaurants parmi les meilleurs de Tokyo. Pour n’en nommer que quelques-uns, le New York Grill propose une atmosphère chic de Manhattan et un menu qui finira agréablement toute la journée, tandis que le Kuwaranka sert des spécialités locales pour ceux qui veulent découvrir les saveurs authentiques de Tokyo.

Parc d’Ueno
Un autre quartier à la fois facile d’accès sur le métro de Tokyo et un grand plaisir à visiter est le quartier Ueno. Il y a tellement de choses à voir ici qu’il est difficile de choisir seulement une poignée. Un quartier dans un quartier, Ameyoko est un endroit idéal pour se promener parce que beaucoup de gens croient que c’est un moyen d’avoir un vrai goût de Tokyo. Être au terminus de la ligne de métro Ueno, c’est le point de départ pour ceux qui viennent des régions périphériques. Un autre spectacle de classe mondiale à voir est Sogakudo, le seul du Japon, et l’un des seuls orgues à tuyaux de salle de concert du monde, qui fonctionne grâce à un mécanisme d’air comprimé spécial, peut être trouvé. Ueno Park, qui abrite de nombreux musées, sanctuaires et monuments historiques, y compris le Musée national de Tokyo, le Musée national des sciences et le Musée national de l’art occidental ainsi qu’un étang de Shinobazu et des centaines de beaux arbres de fleurs de cerisier, est le seul endroit d’Ueno que les locaux et les étrangers peuvent visiter. Pendant votre séjour, vous ne voudrez pas manquer le zoo d’Ueno, qui abrite trois pandas célèbres, une poignée de chatons tigres de Sibérie et de nombreux autres animaux, ainsi qu’un zoo pour enfants.

Shinagawa Jinja Shrine
Chaque quartier de Tokyo a sa juste part de temples, certains nouveaux et d’autres anciens. Si vous voulez vous immerger dans la culture japonaise, visiter les sanctuaires et les temples préférés de chaque quartier est une bonne façon de commencer, et Shinagawa ne fait pas exception, avec trois de ces lieux, ainsi que deux autres lieux d’intérêt populaire. Le sanctuaire Ebara Jinja est remarquable car il est la cause possible de l’installation de l’empereur Meiji à Tokyo, alors qu’il visitait le sanctuaire juste avant de le faire. Un autre sanctuaire de l’ère Meiji dans ce district est le sanctuaire Shinagawa Jinja, qui se trouve au sommet d’anciennes coulées de lave du mont Fuji et est plus orné que la plupart des autres sanctuaires Jinja. Ensuite, pour l’histoire et la culture, visitez le temple Tokaiji. Construit par un shogun Tokugawa au 16ème ou 17ème siècle, c’était un important complexe bouddhiste jusqu’au milieu du 19ème siècle.

En dehors des temples et des sanctuaires, cependant, Shinagawa, comme le reste de Tokyo, a beaucoup plus à offrir. Votre premier arrêt à cet égard devrait être l’Aquarium de Shinagawa, qui comprend un tunnel de verre sous-marin qui offre aux visiteurs une véritable expérience marine, ainsi que plus de 300 espèces de vie marine et de multiples aquariums en eaux profondes.

Sanctuaire Yoyogi Hachimangu
L’endroit idéal pour commencer une visite de Shibuya est à une statue qui est considérée comme le lieu de rencontre pour le quartier, la statue de Hachiko, qui représente le fidèle Akita du célèbre professeur Ueno, qui a enseigné à l’Université de Tokyo. L’histoire est que Hachiko marchait au travail avec son maître tous les jours, et quand son maître est mort, il a continué à l’attendre. De là, vous pouvez continuer à voir les deux principaux sanctuaires de Shibuya, qui sont particulièrement intéressants pour les amateurs d’histoire et de traditions. Le sanctuaire de Yoyogi Hachimangu est le site d’une hutte mise au jour qui aurait été construite vers 8 000 avant notre ère. Un modèle de la cabane et des pièces réelles de l’originale sont toujours visibles. Le deuxième sanctuaire est le sanctuaire de Konno Hachimangu, qui est connu pour son cerisier, qui est réputé pour avoir au moins 900 ans, et qui porte des pétales en nombres différents sur ses fleurs.

En outre, le district de Shibuya compte deux musées, l’un consacré aux arts et l’autre consacré aux richesses. Le Koga Memorial Museum est consacré à Masao Koga, compositeur connu pour mélanger les mélodies occidentales et japonaises. Les jardins du musée Koga valent à eux seuls une visite. L’autre musée de Shibuya, le Meiji Jingu Treasure Museum, est consacré aux trésors du passé et constitue un endroit idéal pour découvrir l’histoire impériale japonaise. Le musée contient de nombreux artefacts de la période japonaise Meiji, tels que le transport impérial et plusieurs vêtements que l’empereur et l’impératrice portent lors d’occasions spéciales.

Enfin, terminez votre journée à Shibuya avec un dîner romantique au restaurant français le plus populaire de Tokyo, Kinoshita, mais préparez-vous car les réservations doivent généralement être faites littéralement des mois à l’avance. Vous n’avez pas prévu cela aussi loin? L’élégant Grand Blue est une autre excellente option.

Visites guidées
Viator (+1 866 648 5873 / http://www.partner.viator.com/fr/1584/)
HIS Experience Japan (http://hisexperience.jp/)
Sunrise Tours (+81 35 796 5454 / http://www.jtb-sunrisetours.jp/)

Tours autoguidés
Tokyo Convention & Visitors Bureau (+81 35 840 8890 / http://www.tcvb.or.jp/en/guide/area01.html)
Tokyo en temps réel (http://www.tokyorealtime.com/)

Tours en bus
Sky Bus Tokyo (+1 81 33 215 0008 / http://www.skybus.jp/English/index.html)
Hato Bus (+1 81 33 435 6081 / http://www.hatobus.com/fr/index.html)
Nippon Travel Agency (+1 310 768 0017 / http://www.ntainbound.com/domestic/bustour/index.htm)

Tours en hélicoptère
Excel Air Service (+1 81 47 380 1111 / http://www.excel-air.com/english/cruising/index.html)
Asahi Heli (+1 81 35 569 7255 / http://www.asahi-heli.co.jp/)

Histoire

Bien que des études archéologiques aient conclu que les îles du Japon étaient déjà habitées plusieurs millénaires avant Jésus-Christ, l’histoire de Tokyo est relativement récente. Elle ne commence qu’en 1603 avant notre ère, lorsque Tokugawa Ieyasu se proclame shogun et déplace le siège du gouvernement de Kyoto, siège de la cour impériale pendant près de 1 000 ans. Edo (le nom du vieux Tokyo) a commencé comme rien de plus qu’une foule de villages autour du château d’Ieyasu, site de l’actuel palais impérial. Ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle qu’elle prit le nom de Tokyo, signifiant « capitale de l’Est », pour la distinguer de Kyoto à l’ouest. Sous le règne d’Ieyasu, le Japon était unifié pour la première fois, mettant fin aux guerres sanglantes entre factions rivales. En 1615, les armées d’Ieyasu anéantissent le clan Toyotomi, dernière opposition à son pouvoir absolu. Les successeurs d’Ieyasu ont gardé une emprise serrée sur le gouvernement, en adoptant la politique de la porte fermée en 1639, qui a imposé une interdiction totale des contacts avec le monde extérieur. Depuis lors, jusqu’à l’avènement du Commodore Perry en 1853, le Japon reste isolé, sauf pour les transactions étroitement surveillées avec les commerçants chinois et hollandais.

Japan, Tokyo, Asakusa, lampions at Asakusa Shrine

Ironiquement, la règle du parti unique des Tokugawa a conduit à la stabilité politique. Après son passé tumultueux, le pays s’est installé dans une période de paix et de prospérité. Edo a grandi et a prospéré dans ce qui est connu comme la période d’Edo (1603-1867) et au milieu du 18ème siècle il a été habité par plus d’un million de personnes, plus qu’à Londres et Paris. Bien que la cour impériale ait continué à résider à Kyoto, Edo a graduellement évolué en un centre animé du commerce et de l’industrie.

Ieyasu introduit un système de classe à quatre niveaux, surmonté par la classe des samouraïs ou des guerriers, ce qui réduit considérablement l’influence de la vieille noblesse. Nourri par le patronage de la riche classe des marchands, de nouvelles formes d’art populaire sont apparues, comme le kabuki et l’ukiyo-e. Comparable à la montée de la bourgeoisie en Europe, ce changement de la cour et de l’aristocratie a permis aux citoyens de s’exprimer dans l’art. On dit que la culture populaire japonaise a ses racines dans la période Edo.

Il est étonnant que le shogunat des Tokugawa ait conservé les rênes du gouvernement pratiquement sans opposition pendant si longtemps, mais la corruption et l’incompétence ont finalement conduit à sa désintégration. Aussi, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les puissances occidentales appelaient de plus en plus le Japon à ouvrir ses portes au commerce. Au moment où les « navires noirs » du commodore Mathew Perry s’embarquèrent dans l’Uraga en 1853, le shogunat Tokugawa, grandement affaibli, ne put que très peu résister.

Cela a marqué un tournant crucial dans l’histoire du Japon. Non seulement il a ouvert le Japon au commerce extérieur, mais il a aussi inauguré l’occidentalisation rapide du pays. Après la démission du dernier shogun des Tokugawa, tout le pays, dirigé par l’empereur Meiji, a plongé dans une course effrénée pour rattraper l’Occident. Avec les pleins pouvoirs rétablis à l’empereur, la cour a été déplacée de Kyoto à Tokyo, en faisant de celle-ci la capitale officielle du pays.

Même aujourd’hui, les vestiges de la restauration de Meiji (1868 à 1912) peuvent encore être trouvés à Tokyo. Le système éducatif actuel est basé sur les réformes introduites au cours de cette période, et aujourd’hui, de nombreux écoliers portent encore des uniformes inspirés des modèles européens de la fin du XIXe siècle. La Diète (Parlement) et la Banque du Japon ont été établies pendant cette période, et aujourd’hui ces deux institutions continuent de dicter les affaires politiques et financières du pays. Même le baseball, le sport le plus populaire au Japon aujourd’hui, a été introduit pendant cette période.

Fortement dévastée par les incendies consécutifs au Grand tremblement de terre de Kanto (1923) et à nouveau pendant la Seconde Guerre mondiale (1939 à 1945), Tokyo se releva rapidement, menant ce que l’on a appelé le miracle économique japonais d’après-guerre. Sous les forces d’occupation commandées par le général Douglas MacArthur, la ville a été témoin de la rédaction d’une nouvelle constitution qui introduisait la séparation de la religion et de l’état, le suffrage universel, les droits de l’homme et le renoncement à la guerre. Avec ce nouvel ordre politique et social, les Tokyoïtes et les Japonais dans leur ensemble concentrent toutes leurs énergies sur le redressement économique et le développement. Le résultat est le Tokyo d’aujourd’hui : une ville cosmopolite qui est véritablement le centre politique, économique et culturel du pays et qui joue un rôle de premier plan dans les affaires mondiales. Ce n’est pas un petit exploit pour un endroit qui était autrefois juste une dispersion de petits villages féodaux!

S'y rendre et se retrouve

Pedicab In City StreetS’y rendre

Depuis l’aéroport
Il existe un certain nombre de services de transport en commun qui assurent le transport de Narita à Tokyo et vers d’autres destinations à travers le Japon.

Autobus :
Airport Limousine Bus (+81 336 65 7220 / http://www.limousinebus.co.jp/e/)
Keisei Bus (+81 354 38 8511 / http://www.keiseibus.co.jp)
Odakyu Bus (+81 42 734 5211 / http://www.odakyubus.co.jp/)
Bus Tokyu (+81 44 988 7979 / http://www.tokyubus.co.jp/

Taxi :
Jet Partner (+81 478 73 7291 / http://www.ckt-group.co.jp/)
Jet Harmony (+81 120 81 8952)
Sky Gate Shuttle (+81 355 47 5667 / http://www.tokyomk.com/)
Limousine (+81 338 20 3255)

Sachez que les services disponibles en anglais sont limités et que les visiteurs doivent planifier en conséquence.

Agences de location de voitures
Hertz compte 18 sites dans la région de Tokyo. Voir http://www.hertz.com/ pour les emplacements, les tarifs et les réservations en ligne.

National Car Rental compte également 18 agences dans la grande région de Tokyo. Voir http://www.nationalcar.com/ pour les emplacements, les tarifs et les réservations en ligne.

En train
L’aéroport de Narita peut être atteint par la ligne JR East sur le Narita Express (+81 334 23 0111 / http://www.jreast.co.jp/e/) ou Keisei Railways (http://www.keisei.co.jp/keisei/tetudou/keisei_us/top.html). Ces entreprises assurent également le transport vers et depuis la gare de Tokyo.

En bus
JR Bus Kanto (http://www.jrbuskanto.co.jp/), Keisei Bus (+81 354 38 8511 / http://www.keiseibus.co.jp/), Odakyu Bus (+81 42 734 5211 / http://www.odakyubus.co.jp/), Tokyu Bus (+81 44 988 7979 / http://www.tokyubus.co.jp/), et un certain nombre d’autres fournisseurs locaux offrent le transport vers des destinations à travers le Japon .

En voiture
L’autoroute Higashi Kanto, l’autoroute Shin-Kuko et la Route 295 sont facilement accessibles depuis l’aéroport de Narita.

Se déplacer

Métro
Tokyo est desservie par un système de métro efficace et complet. Le métro de Tokyo (+81 338 37 7111 / http://www.tokyometro.go.jp/e/index.html) offre une variété de billets, y compris le billet ouvert un jour TTA Subway.

Autobus
Des services d’autobus complets sont également disponibles dans la ville, mais ils ne sont pas le choix idéal pour les visiteurs à court terme.

Taxi
Les taxis offrent un service superbe et sont facilement disponibles, mais sont une affaire coûteuse.